Journal

Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui : un livre cul(te)

Dans Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui, Arthur Dreyfus se livre entièrement. Il ne cache rien. En 2 300 pages, il raconte de manière chirurgicale quatre ans de plans cul. Vertigineux.

L’histoire

Comment raconter un livre qui n’a pas d’histoire ? C’est simple, tout est dans le titre ! Arthur est jeune, beau, riche, a une relation amoureuse stable, un nouvel appartement, un entourage fidèle, une carrière prolifique, tout ce qu’il touche se transforme en or. Seule déviation dans son parcours exemplaire : il ne peut s’empêcher de cumuler les plans cul ! 

Sur le papier, ce livre a tout du roman homo-érotique qui se lit à une main ! Pourtant il ne peut en être plus éloigné. La réalité est tout autre : ici point de roman, c’est bien un journal, méticuleusement tenu pendant quatre ans : chaque rencontre y est chirurgicalement décrite sans fausse pudeur. Le lecteur est prévenu, tout sera dit ! Les garçons se suivent et se ressemblent (pour la plupart), mais chaque plan est différent. Arthur Dreyfus nous laisse l’observer par le trou de la serrure pour petit à petit laisser la porte complètement ouverte : on verra tout, même le plus sombre ! Du détail des pratiques effectuées (on arrête d’essayer de compter le nombre de fellations ou de sodomies dès la centième page par peur de se noyer dans les chiffres !) aux questionnements post-coïtaux (risque or not risque ?), en passant par les détails techniques (ne cherchez plus Le lavement pour les nuls, vous aurez toutes les réponses dans ce livre !). 

Pour l’accompagner dans ses pérégrinations, on croisera une pléiade de personnages tous plus hauts en couleur les uns que les autres : 

  • Bord Cadre, le petit copain qui pardonne tout, mais drogué jusqu’à l’overdose à la psychanalyse ; 
  • Vieil homme, l’ami fidèle, riche, providentiel ;
  • L’ami aux mille anecdotes, qui a tout fait, tout vu, tout baisé ; 
  • Laurence, l’alter ego travesti, idéal pour attirer les jeunes « hétéros », le trophée ultime du serial-fucker. 

Tout ce bestiaire permet à Arthur de garder les pieds sur terre et d’alimenter le livre. Après chaque plan, une période réfractaire où l’esprit prend le pas sur le corps : une série de pensées, des citations, des phrases piochées par-ci par-là auprès de ses amis ou ses connaissances. 

Pour raconter son histoire, Arthur Dreyfus a fait le choix de nous proposer une lecture en huit livres, chacun séparé par des entractes qui racontent des éléments de vie de l’auteur, son rapport à sa famille notamment, omniprésente, en filigrane, dans ce livre. 

Chaque livre est construit de la même façon où plusieurs niveaux de narration se succèdent, nous avons Arthur l’insatiable qui raconte ses parties de jambes en l’air, et Arthur l’écrivain, le correcteur, qui apporte une vision quatre ans après les évènements, qui corrige certains points, qui s’interroge sur la réception de l’œuvre et qui prépare sa publication. Car il ne faut pas l’oublier, finalement, la vraie obsession d’Arthur, c’est l’écriture ! Seulement, ces deux Arthur peuvent-ils cohabiter ? La lecture vous donnera des éléments de réponses ! 

Pour résumer, certains y verront une simple succession de plans cul sur 2 300 pages, d’autres y liront une introspection dans la psyché du garçon d’aujourd’hui du titre, une recherche du plaisir sexuel et un questionnement sur la dépendance. Car l’auteur a besoin de ses plans pour vivre, et a besoin de les écrire pour les vivre pleinement, jusqu’à ne plus savoir lequel de l’écriture ou du sexe est le véritable moteur de son existence.  

Qui est Arthur Dreyfus ?

Arthur Dreyfus est un artiste complet : écrivain, journaliste, photographe, réalisateur et même… magicien ! Cet hyperactif de la création artistique, du haut de ces 35 ans (il est né en 1986), a déjà publié une dizaine d’ouvrages. On retiendra son premier roman, la Synthèse du Camphre, et surtout Histoire de ma sexualité, qui pose les jalons de son journal sexuel.

Comment a-t-il fini sur ma table de chevet ?

J’avais déjà lu quelques livres de Dreyfus (dont Histoire de ma sexualité) et, homme de défi, je n’ai pas pu résister au pavé qui me faisait de l’œil lors d’une visite à la librairie les Mots à la bouche ! J’avais alors la « chance » d’être en chômage partiel pendant un confinement et donc d’avoir un sacré nombre d’heures libres pour le dévorer ! Il m’aura tout de même fallu un mois de lecture assidue pour en voir le bout !

Mon avis

Un livre cul(te) ! J’aime le sexe, j’aime les gros livres, ce livre avait tout pour me plaire et je n’ai pas été déçu. Je me suis totalement identifié au narrateur/auteur. Moi aussi, j’ai enchaîné les plans Grindr, les partouzes, les saunas et backrooms, au point que cette vie dévergondée a fini par empiéter sur ma vie personnelle et professionnelle. J’ai testé mes limites, je me suis laissé emporter par l’ivresse de la liberté sexuelle… bref, j’ai été un garçon d’aujourd’hui ! 

La grande force du livre est que, qu’on ait vécu ou non les mêmes situations, Arthur Dreyfus ne nous juge pas. Ici, pas de morale rétrograde : « le sexe, c’est pas bien, la drogue, c’est mal ! » Les moralistes, passez votre chemin ! C’est un récit de confidences qui n’a pas d’autre but que d’être ce qu’il est. Ainsi, tout au long de la lecture, je me suis retrouvé dans un « safe space », un endroit où je pouvais être qui je suis sans problème et ne pas me cacher. J’ai suivi le parcours de quelqu’un qui me ressemble au point qu’après quelques centaines de pages, j’avais l’impression d’écouter les confidences d’un ami ! 

Même si j’ai adoré ce livre que j’ai dévoré, j’ai tout de même eu plus de difficultés sur la fin, non pas dans la lecture (le texte, bien que parfois un peu alambiqué, est somme toute très abordable), mais dans la précipitation des évènements. Sans trop révéler ce qu’il se passe, il y a un schéma narratif relativement stable tout au long du livre (un plan, un interlude, un autre plan, un autre interlude, etc.), mais tout s’accélère dans les deux dernières parties et je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir un sentiment d’étouffement : je me suis tellement identifié au personnage que le voir explorer des mondes qui m’intriguent et me terrifient en même temps m’a beaucoup questionné sur mon propre rapport au sexe : à partir de quand passe-t-on à l’expérience de trop… et comment s’arrêter avant ? 

Devez-vous lire cette autobiographie ?

Un grand oui et un grand mais ! 

« Oui », car l’expérience proposée par Arthur Dreyfus est ultra-immersive, à condition de ne pas être effarouché trop facilement (adepte de la littérature à l’eau de rose, passez votre chemin !) 

« Mais », car Arthur Dreyfus paye les conséquences de son talent (et de son ambition) : 2 300 pages, il faut pouvoir les lire ! Le découpage en huit livres permet de pouvoir faire des pauses, mais si comme moi vous ne savez pas vous arrêter, prévoyez de ne pas toucher un autre livre avant un certain bout de temps ! 

Citation

Dans ces moments-là, une seule conviction me tient : l’idée que tout fait, même banal, malhonnête ou sordide, acquiert une forme de grâce – et d’utilité – par l’écriture. (C’est la phrase de Deleuze : « Écrire, c’est propre. Parler, c’est sale. »)

À chaque fin de récit, cette énigme : Quel garçon parviendrai-je à ne pas raconter ? Lui n’en saura rien. Nous nous embrasserons sans laisser de trace. Qui ? Quand ?

Ce journal prend de l’épaisseur. Qui le lira ? La semaine dernière j’ai joué avec le feu, touchant mot à Bord Cadre de son existence. Nous marchions rue René-Boulanger, rentrant d’un dîner. Je l’ai interrogé, mi-fripon mi-perfide : « Tu dirais quoi si je publiais le récit de mes expériences sexuelles ? » Il m’a répondu dans un grand sourire : « Que dans la vie il faut faire des choix… » Moi : « Ce qui signifie ? » Et mon copain de répéter, toujours aussi sibyllin : « Simplement que dans la vie, il faut faire des choix. »

Sexe + vérité = vérité

Sexe + fiction = pornographie.

Journal d’un garçon d’aujourd’hui, Arthur Dreyfus
Couverture du livre gay "Journal sexuel d'un garçon d'aujourd'hui" d'Arthur Dreyfus

Où le trouver ?

En bibliothèque ou librairie, neuf ou d’occasion, numérique ou papier, avec les informations suivantes : Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui, Arthur Dreyfus, P.O.L., 2021. Pour ceux qui ont des poignets faibles (pour le poids du livre 😉) le format e-book peut-être une bonne option !

Laissez-moi un commentaire

Que pensez-vous de ce livre ? Envie de le lire ? Dites-moi tout en commentaire.

« Tuer le bon gay » d'Étienne Bompais-Pham, Prix du roman gay 2021 / Premier roman
About author

Camille Bompais-Pham est passionné de littérature et de pop culture depuis sa plus tendre enfance : grands classiques, littérature contemporaine, bande dessinées ou mangas... tout l’intéresse ! Et quand il ne lit pas, il passe son temps à jouer aux jeux vidéos ou à regarder des séries.

Newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir une fois par mois les dernières parution dans votre boîte mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.